( 22 décembre, 2007 )

Arrivée à Tanger

17 décembre : 4ème jour : Arrivée à Tanger

Comme c’est un bateau marocain, l’avantage est que les procédures douanières peuvent être effectuées à bord : trois heures de queue pour Paul pou obtenir le tampon du véhicule et deux heures pour Laurent avec les passeports.

La destination approche, passage au travers de Tarifa, la pointe Sud de l’Espagne à proximité de Gibraltar. Encore ce détroit – par ailleurs très encombré – de 14 kilomètres à avaler et ce sera bonjour l’Afrique.dsc0050gibraltar.jpg

Midi, soit 39 heures après le départ, c’est le débarquement à Tanger.

 

dsc00976tangerarrive.jpg A la sortie du bateau, Hajd Bennouna (le papa de Rajae) est au port pour accueillir Laurent et Paul. L’appartement des parents Bennouna-Bellamine (beaux-parents d’Olivier, fidèle associé de Laurent et époux de Rajae), situé au 18 de la rue Castilla au N° 5 sera la base puisqu’ils ont l’immense amabilité d’héberger les trois « raideurs » qui les remercient chaleureusement. Après avoir fait connaissance, un tour de ville permet de se familiariser avec la ville, véritable pont entre l’Europe et l’Afrique.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Pendant ce temps, Daniel, qui a survécu à sa troisième nuit blanche (ou presque) de la semaine (deux fois pour avancer les « pendings » administratifs et professionnels avant la grande absence hivernale, préparer le blog et les bagages, et une fois parce qu’il a bu des verres avec Stéphane (collègue de le HEG) à Neuchâtel, donne assidûment ses derniers cours de gestion industrielle de l’année à Delémont le matin. Heureusement qu’il a un étudiant de 3ème en emploi, Henri Cortat, lui-même responsable logistique chez Tornos, pour l’épauler, ça aide vu la fatigue avancée. Direction Neuchâtel l’après-midi avant de sauter dans le train de 17h37 qui arrive à Cointrin à 18h55, soit une heure avant le décollage, bien assez puisque Air Maroc accepte les enregistrements jusqu’à 19h35 !

Il y a foule au check-in et seulement quatre guichets Swissport – desservant du reste trois autre compagnies – dédiés à la classe en bois.gvasurcharg.jpg

 

Daniel, méfiant va s’enquérir deux fois chez le superviseur qui lui dit de ne pas s’en faire car il y a plein de gens en partance pour Casablanca. Effectivement, il y en a d’ailleurs quelques uns dans la file derrière lui, dont un type pas très rassuré car il a oublié son passeport … mais on doit lui amener. Il est 19h45 quand Daniel arrive au guichet et – ô surprise – on lui annonce que le vol est « FF ». Avec sa mansuétude légendaire, Daniel fait vite de communiquer sa joie mais se reprend vite et signale qu’il n’enregistre pas de bagages. On lui dit alors de tenter d’aller vite à la porte 9 et que, grâce à son E-ticket et sa confirmation imprimée, il n’a pas besoin de carte d’embarquement, ce dont il ne crois pas à un mot mais s’exécute car le temps presse. Le discours est évidemment inverse (sauf pour le fait que le vol est fermé) à la porte d’embarquement de la part de la pimbêche moralisatrice de service. « C’est la responsabilité du voyageur de venir avec une carte d’embarquement!» dit-elle, et surtout elle ne veut rien savoir de ce qu’on dit ses collègues dans la halle. Mais comme elle est « gentille », elle appelle le chef d’escale (qui dira plus tard à Daniel qu’il a bien fait d’aller à la porte d’embarquement !!!) qui autorise « exceptionnellement » Daniel à monter à bord et que les cartes d’embarquement fussent imprimées (avec un le siège 18A fenêtre et sortie de secours en prime) en moins de deux. Il faut dix minutes supplémentaires pour entrer dans le Boeing 737-900 car les gens entrent encore…bien que le vol est fermé depuis 18h50 selon la pimbêche citée plus haut. Bien sûr, comme tout le monde a pris trois sacs en cabine, Daniel doit se résoudre à enregistrer son petit bagage, mais l’essentiel est de pouvoir partir ! Le gars au passeport retrouvé arrive en courant…mais sans le reste de la famille qui est resté à Genève avec les valises, et des passagers sont débarqués car leurs bagages ne sont pas arrivés en soute ! Ouf ! Le vol AT0931 décolle avec 35 minutes de retard.

ramnuage.jpg Sur le siège d’à-côté est assis Franck Michel, directeur d’une ONG qui finance ses projets avec le commerce de diamants. Les discussions sont intéressantes mais Daniel finit par s’endormir 40 minutes avant l’atterrissage qui a lieu avec seulement quinze minutes de retard sur l’horaire. L’embarquement du vol AT0472 pour Tanger se fait par la porte 18, bien qu’ « Agadir » soit inscrit et le tableau électronique n’indique rien. Le Boeing 737-300 décolle avec seulement un quart d’heure de retard, tout se passe bien et il pose à minuit et quart à Tanger où Laurent, Paul et Hadj (Papa Bennouna) l’accueillent. Une bonne nuit de sommeil bien gagnée, les trois compères réunis, y comptent bien….mais un seul d’entre eux aura le plaisir d’y goûter…on y reviendra…plus souvent qu’anticipé initialement !

2 Commentaires à “ Arrivée à Tanger ” »

  1. pierre maurer dit :

    Nous suivons les peregrinations de nos heros avec grand interet, mais ce qui a particulierement retenu notre attention est l`existence d`un remède anti-ronflements, puisqu`il semble que l`un des raideur empoisonne les nuits de ses deux comparses. Il est en effet fait reference à ce produit, mais rien n`est dit des resultats. Est-ce efficace ? recommandez-vous cette potion ? Où la trouver ?

    Comme il s`agit d`une question qui semble se poser dans la nouvelle famille que nous venons de fonder, nous serions interesses de connaitre vos commentaires à ce sujet.
    Pierre & Maize, Just married !

  2. Angelica & John dit :

    Hola Daniel,
    Que envidia tu vida… naciste para pasear!!!
    Espero que John y yo algun dia podamos conocer todos esos sitios tan lindos.
    Te enviamos un cordial saludo y por favor nos dejas saber cuando vienes a Central Florida
    Un abrazo,
    Angelica

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|