( 13 janvier, 2008 )

de la frontière du Mali à Bamako

11 janvier : 28ème jour (suite) : de la frontière du Mali à Didjéni: 400km

en construction.

Avec le Mali, c’est l’arrivée des baobabs, voici le premier vu au bord de la route!

100_3770 Mali baobab premier

12 janvier : 29ème jour : de Didjéni à Bamako,: 140km

La route d’aujourd’hui n’est pas très longue, « no stress » sera le mot du jour. 32km avant la capitale malienne, nous nous arrêtons à ….où a lieu (comme chaque samedi) un des plus importants marchés aux anumaux de la région. C’est très pittoresque. Il y a chèvres (quelquefois sur le toit et dans le coffre d’une 504), des moutons, des ânes, du bois. Comptez environ CFA 25’000 pour une chèvre, CFA 70’000 pour un mouton.

A l’arrivée à Bamako, une petite halte sur les collines du Nord dominant la ville donne l’occasion à Daniel de filmer un petit peu depuis le point G (malheureusement seule la photo foncgtionne, chargement de la vidéo pas possible) 100_3813 Bamako panorama tandis que Paul et Laurent snobe le point de vue et restent dans le bus.

Il y a deux collines : le…………où est situé le palais présidentiel (non accessible le week.end) et où trône également un monument aux héros. Comme il y a des socles libres, nous nous empressons de les occuper.

L’autre colline, celle d’où la vue est accessible, abrite « l’hôpital du point G », quel programme ! Puis c’est la descente sur le centre-ville à la recherche de notre hôtel. Les demandes d’achat de notre véhicule se multiplient. A priori vendre ne sera pas un problème, reste à savoir à quel prix !

Etablissement à l’Hôtel Séguéré tenu pas des français, enfin une piscine !

Bamako Séguéré piscine & Daniel Bamako Daniel @Séguéré piscineL’accueil est chaleureux…pour l’instant!

Le soir, nous nous rendons au Festival du cinéma suisse organisé par Patrick Etienne, un copain de Laurent. Nous faisons la connaissance d’Audrey, l’épouse de Patrick d’origine française…mais bien helvétisée!

Bamako Ciné Suisse @CCF

Rencontre de l’ambassadeur et de Nicolas Bideau, notre « Monsieur Cinéma Suisse »

Délicieux repas au Centre Culturel Français (CCF) : poulet et plantains pour Laurent, filet de capitaine en papillotte pour Daniel…et rien pour Paul qui a l’estomac en délicatesse après l’ingurgitation du sandwich chaud de l’après-midi. Il ne supporta apparemment pas les oignons. Laurent n’a pas eu ce problème car bien qu’il se soit constitué volontaire pour aller à la boulangerie, le pauvre a été privé de sandwich suite à un malentendu et à dû se contenter du chausson à la viande.

Reste de l’article en construction

13 janvier : 30ème jour : Bamako,: 0km

 

Demi-journée relax (mais pas farniente) suivant le petit-déjeuner dans le jardin de l’hôtel. La fatigue latente accumulée durant le voyage se fait sentir. Daniel s’occupe à actualiser le blog et à skyper avec son frère, profitant de la connexion WiFi, ça faisait longtemps que l’on en avait pas (avec aussi un petit plongeon dans la piscine) alors que Paul s’occupe de ses courriels et que Laurent va faire nettoyer le bus, ce qui nous scotche un peu plus que prévu à l’hôtel. En effet, le dimanche à Bamakao ce n’est pas que « le jour du mariage » mais apparemment aussi celui des lavages de voitures, ce qui oblige Laurent à subir une file d’attente de quatre heures! mais il faut dire que le résultat est spectaculaire ! Chemin rentrant, un agent pointilleux donne la leçon à Laurent car il n’a pas pris les papiers du véhicule avec lui…mais comme il s’oppose (heureusement) à la mise en fourrière, il nous ramène Monsieur l’Agent avec lui pour afin de lui prouver sa bonne foi. Le flic n’en revient pas, c’est sans aucun doute la première fois qu’un toubab (blanc) ose lui faire un coup pareil. Une fois les documents vérifiés, on le ramène à son rond-point (ici on dit point rond !) en lui promettant que cela ne nous reprendra plus…quand même !

Plus le temps pour un tour de ville ni la conférence (inauguration officielle du festival de cinéma suisse) au CCF. Par-contre nous arrivons au début de la projection de « Grounding ». Paul et Laurent s’installe dans le patio (bar du CCF) où les rejoint Audrey…

Daniel a besoin de se dégourdir les jambes et va se promener en ville pendant une heure et demie pour prendre quelques clichés des monuments durant le crépuscule. A son retour, il retrouve les deux autres compères attablés avec le gratin du cinéma suisse, Nicolas Bideau en tête, accompagné de Pierre-Alain Meier (producteur jurassien venant prochainement se ré-établir à Undervelier, son lieu d’origine de —–Jaccard, dramaturge et de …..Bernasconi, réalisateur tessinois. Nous mangeons un filet de capitaine (à charge des participants, ce qui en énerve plus d’un) avant d’entrer dans la salle de projection pour découvrir « BB » un film de Bernasconi racontant l’histoire des combats de boxe peu orthodoxes organisés pour divertir les « gens biens ». Le film, très violent et ne laissant personne indemne, se passe principalement à Trieste (en Italie), avec un passage en Allemagne et en Croatie pour se terminer dramatiquement au Tessin. A la fin de la projection, un dernier verre au patio est l’occasion de refaire le petit monde suisse et d’écouter des théories intéressantes sur le monde de l’aviation.

14 janvier : 31ème jour : re – Bamako,: 0km

A dix heures, Laurent et Paul descendent au

Centre Malien du Cinéma du bus se rendent à une conférence du festival sur le thème en Suisse et au Mali Bamako Nicolas Bideau & les3 @CNCM Daniel préfère aller découvrir la ville (le marché et les bâtiments coloniaux aux abords de la « Place de la Liberté » et s’occuper de son billet retour car le temps avance et il réalise que d’atteindre le but final du voyage, Ouagadougou, mérite d’être évalué puisqu’il doit impérativement être en Suisse le 24 janvier. Point-Afrique a un vol hebdomadaire (opéré par Air Méditerranée) de Mopti à Bâle/Mulhouse (avec escale à Marseille) le 21, cela semble l’option raisonnable et il réserve son billet. C’est pas donné (EUR 432 avec une franchise officielle de bagages de 13kgs, étendue à 20kgs après discussion avec Hugo, le sympathique métis responsable de l’agence…mais quelle aubaine de choper un vol au milieu des Dogon pour descendre de l’avion à 45 minutes de chez soi !

A 13h, il rejoint l’équipe pour la fin de la conférence, suivi d’un lunch gracieusement offert par l’association malienne de cinéma. Nous partons ensuite vers l’Est à la recherche du barrage de

Personne n’a l’air de le connaître mais après quelques allers et venues, nous finissons par pouvoir nous approcher du fleuve et le spectacle est saisissant : chaque coin fertile est exploité et nous découvrons des plantations diverses sur les rives du Niger. Paul discute le bout de lard avec des cultivateurs alors que Daniel s’en va faire quelques pas et tombe sur un cultivateur d’oignons rouges et en profite pour faire quelques photos tandis que Laurent est occupé au téléphone et reste dans le bus.

Chemin rentrant, nous nous arrêtons dans un supermarché libanais au Sud de l’Hippodrome pour acheter du savon de karité. Deux chinoises sortent du magasin, les Asiatiques s’implantent également ici.

Reste de l’article en construction

15 janvier : 32ème jour : encore Bamako Clin doeil: 0km

Reste de l’article en construction

2 Commentaires à “ de la frontière du Mali à Bamako ” »

  1. Virginie dit :

    Salut les p’tit suisses, à ce que je vois votre périple se passe bien, et les enchères grimpent pour votre superbe véhicule! Profitez en bien, le retour au froid est rude… Les p’tites francaises de Nouackchott, Virginie, Anne et Nawel

  2. Ursula et Pascal Marti dit :

    Bonjour les baroudeurs! Pas trop ensablés, et la poussière du Sahara ne vous monte-t-elle pas trop au nez (comme la moutarde!)? Vous avez certainement atteint Djénné et l’état de Mopti: le désert n’est pas loin! Les mirages arrivent (mais pas les Français de l’armée de l’air!). Bon périple sur le parallèle 4 et au plaisir de vous redécouvrir bientôt ailleurs!
    Pascal et Ursula
    P.S. c’est combien 25’000 CFA? Et pourquoi une chèvre vaut-elle 3x moins qu’un mouton?

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|